15

nov 2015

Bibliographie : Entreprise libérée, QVT, éducation…

Cette bibliographie automnale aborde plusieurs thématiques, notamment l’entreprise libérée, la qualité de vie au travail, l’intergénérationnel, l’éducation ou encore des réflexions sur le management.

Freedom Inc. (B.M. Carney, I. Getz)
Freedom Inc. – Free your employees and let them lead your business to higher productivity, profits and growth, Brian M. Carney et Isaac Getz, 300p, Crown Business, 2009

“Liberté et Cie – Quand la liberté dessalariés fait le succès des entreprises”, I Getz et B.M Carney, Flammarion 2013, 421p
B.M. Carney est journaliste au Wall Street Journal et Isaac Getz est professeur à l’ESCP. Leur ouvrage raconte une série d’interviews dans des entreprises qui ont plus de croissance, plus de résultats que les autres. La « clé » est simple : laisser la liberté aux salariés. Leur donner le sens et « laisser faire », c’est-à-dire voir les résultats venir. Les entreprises passées en revue, de toutes tailles, opèrent dans des secteurs variés : Favi, fonderie, Harley Davidson, Goretex,….L’ouvrage est nourri, outre les interviews, de nombreuses références aux concepts managériaux. Il est structuré pour mettre en évidence, de façon pédagogique les ressorts et les questions/réponses aux objections « naturelles » du lecteur. Les lignes directrices sont claires, et, en contrepoint, le changement culturel requis chez les dirigeants : ne plus prétendre tout savoir, tout décider et tout contrôler. Une leçon de cohérence à grande échelle.

On achève bien les jeunes – Bernard Spitz
On achève bien les jeunes – Bernard Spitz – Grasset – 8/2015 – 156p

L’auteur, ancien conseiller de Michel Rocard, préside l’Association Française de l’Assurance. Il dresse un tableau synthétique, objectif et effrayant du sort fait en France à la jeunesse : un système éducatif sclérosé qui fabrique de l’exclusion, des « nantis », qu’il s’appellent salariés protégés par un droit du travail obsolète, retraités profitant d’une système qui ne correspond plus aux données démographiques ou économiques. La liste des constats semble interminable et met en évidence le rejet objectif des jeunes, que ce soit de l’emploi, de la santé, de la sécurité, à l’image de la citation de Groucho Marx : « Pourquoi evrais-je me préoccuper des générations futures, qu’est-ce qu’elles ont fait pour moi ? » Un choix sociétal implicite qui est une forme de suicide. L’ouvrage se termine par un ^rêve de ce qui pourrait être si citoyens et hommes politiques voulaient bien ouvrir les yeux et, courageusement, dessiner un futur d’espérance, le nôtre.

Le monde est clos et le désir infini Daniel Cohen
Le monde est clos et le désir infini – Daniel Cohen –Albin Michel – 8/2015 – 259p

L’auteur est un économiste de renom, classé « à gauche ». Il pose avec talent, pertinence et objectivité la question centrale de la croissance : le souci de notre planète ne laisse pas d’autre choix que le durable…alors que tous, hommes politiques en tête, ne savent que répéter de façon incantatoire « croissance, croissance ». Il nous faut repenser l’idée de progrès, et avec elle la problématique de l’emploi. Un ouvrage d’une grande culture qui, sans parti pris, explique comment nous en sommes venus à ne savoir penser l’avenir qu’en termes de « toujours plus ».La contrainte écologique crée une communauté de destin au niveau de l’humanité dans son ensemble. De nouvelles pistes peuvent et doivent être explorées si l’on refuse que le «13 novembre 2026 » tout s’arrête à travers une gigantesque explosion démographique. Un ouvrage pédagogique qui pose la question sans réponse à laquelle le pire est réaliste : Que voulons-nous ?

Au-delà du mur de l’argent Edouard Tétreau
Au-delà du mur de l’argent – Edouard Tétreau – Stock – 9/2015 – 195p

Edouard Tétreau a été analyste financier. Très tôt, il s’est, au début des années 2000 improvisé lanceur d’alertes sur le monde financier, acquérant une crédibilité et une audience en annonçant largement à l’avance l’éclatement des bulles successives de cette période. Conseil auprès de dirigeants et d’institutions, il livre une vision synthétique d’un monde qui s’articule autour d’un triptyque « mondialisation, numérisation, financiarisation », et montre comment il nous mène à la catastrophe. Une prise de conscience est indispensable. Elle peut prendre forme autour d’un pape hors norme, en rassemblant les responsables de toutes les grandes religions pour affirmer le primat de l’homme et appeler à la construction d’un « nouveau monde ». Peuvent être parties prenantes, dans leur domaine, les responsables des plus puissantes institutions financières mondiales, fixant de nouvelles règles à la finance au cours d’un « Bretton Woods du 21ème siècle ». Une vision lucide, des pistes intéressantes et novatrices : l’auteur continue à jouer le rôle qu’i ls’est assigné de lanceur d’alerte.

Stress et risques psychosociaux au travail – Bruno Lefbvre et Matthieu Poirot
Stress et risques psychosociaux au travail – Comprendre, Prévenir, Intervenir – Bruno Lefbvre et Matthieu Poirot – Elsevier Masson – 05/2015 – 192p

Les auteurs sont des experts du domaine. Ils proposent un ouvrage très pédagogique qui peut également être un outil de travail. Nourri d’exemples concrets, il analyse l’origine de ce mal moderne, auquel contribuent aussi bien l’organisation que le management ou la personne elle-même : Le stress est à l’origine de plus de 50% de l’abstentéisme…Et le coût peut atteindre 10% de la masse salariale…ce qui n’intègre pas le « manque à gagner » de la démotivation.

Source de déperditions d’énergie et d’hémorragies financières considérables, les RPS ne sont pas une fatalité. Ils peuvent parfaitement faire l’objet d’un suivi, d’une prévention, d’actions correctives. L’ouvrage propose notamment aux dirigeants et managers les « leviers du mieux-vivre en entreprise. Oui, on peut faire en sorte que le travail soit source de bien-être, que la Qualité de Vie au Travail devienne une réalité…Pour le plus grand bénéfice de la performance économique.

Manager par les équilibres Jérôme Ballarin
Manager par les équilibres – Le bienêtre des collaborateurs au service de l’efficacité collective – Jérôme Ballarin – Vuibert – 5/2015 – 217p

L’auteur accompagne les entreprises dans la recherche du « mieux-vivre au travail ». Il a fondé l’observatoire de l’équilibre des temps et de la parentalité en entreprise. Partant du constat que le contexte économique déstabilise et « accélère le temps », il s’agit tout à la fois d’inventer un nouveau management qui laisse une place beaucoup plus importante à la personne, à l’équipe, à l’intelligence collective. Cela signifie une attention nouvelle aux personnes et le respect de leur équilibre. Le « management par les équilibres », fondé sur une vision cohérente de chacun, demande au manager une maturité et une prise de conscience de ses ressorts propres. Un tel mode de fonctionnement ouvre à l’attention aux talents, à la mobilisation des énergies individuelles et collectives et au développement de la performance économique.

L’auteur propose une série de fiches-actions et s’appuie sur des témoignages concrets.

Manager contre vents et marée Marcus Buckingham Curt Coffman
Manager contre vents et marée –Développer les talents dans l’entreprise – Marcus Buckingham Curt Coffman – Pearson – 2010 – 277p

L’organisme que dirigent les auteurs, la Gallup Organization, est spécialisé dans les analyses des comportements. L’ouvrage présente les conclusions d’une enquête auprès de 80000 managers de 400 entreprises. La méthodologie a consisté à rechercher où et pourquoi on trouvait de la performance économique : pourquoi dans certains magasins, dans certaines filiales, dans certaines entreprises ?

La réponse est de bon sens : prenez en compte les hommes et votre organisation sera plus performante. L’ouvrage débute par un résultat particulièrement éloquent : le questionnaire dont les réponses vous permettront de pronostiquer le succès (p28).La philosophie est simple : se préoccuper des hommes, s’en occuper concrètement permet d’identifier les talents, de libérer l’énergie et la performance. Bien sûr il convient, par ailleurs, de se comporter en professionnel. Stratégie et gestion sont des points de passage obligés…mais l’efficacité, la différence a une seule origine, le pari sur l’intelligence et la confiance dans les hommes. Une évidence ? Maisalors pourquoi tant de dirigeants ne sautent-ils pas le pas ?
Un ouvrage documenté, facile à lire, plein de bon sens. Pour tout dire instructif !

On achève bien les écoliers – Peter Gumbel
On achève bien les écoliers – Peter Gumbel – Grasset – 5/2013 – 169p

Ancien grand reporter, Peter Grumbel est un père qui s’est intéressé au système dans lequel étaient scolarisées ses 2 filles. Ses constats se relient à des statistiques accablantes : 71% des élèves sont sujets à de l’irritation, 40% se plaignent d’insomnies fréquentes. L’analyse du mode de fonctionnement du « système Education nationale » tout comme les comparaisons internationales amènent à un diagnostic sans appel : une culture figée, totalement obsolète, qui élimine plutôt que d’encourager, qui rejette plutôt que d’insérer, qui promeut individualisme et égoïsme plutôt que travail d’équipe. La question devient donc quand et comment ce « mammouth déshumanisé » engagera-t-il la mutation qui en même temps la condition de sa survie ? Quand les réflexes corporatistes céderont-ils la place au bon sens, pour le bonheur aussi bien des élèves que des profs ?

Ces écoles pas comme les autres – Peter Grumbel
Ces écoles pas comme les autres – A la rencontre des dissidents de l’éducation – Vuibert – 8/2015 – 249p

Dans le prolongement de ses recherches précédentes, l’auteur s’intéresse aux expériences pédagogiques en rupture avec les thèses officielles : Montessori, Freinet, Decroly et quelques autres partagent des caractéristiques intéressantes. D’un côté des résultats qui, pour certaines sont remarquables, que ce soit en termes de réussite pédagogique, de taux de succès, de ré-insertion dans un cursus normal d’élèves « en échec »…Et d’un autre côté, au mieux un intérêt poli La machine Education nationale est le seul organisme au monde de cette taille qui n’a aucun service institué de R&D. La remise en cause est, par principe, exclue et ce sont l’engagement et le dévouement de quelques une qui défrichent les voies du futur dans un monde en mouvement rapide. Signes d’espoir ou constat d’échec ? L’avenir le dira peut-être, alors que la France ne cesse de glisser vers le bas du classement Pisa.

Le travail et la loi Robert Badinter et Antoine Lyon-Caen
Le travail et la loi – Robert Badinter et Antoine Lyon-Caen – Fayard – 06/2015 – 77p

Un ouvrage d’auteurs très connus, petit par la taille et grand par l’ambition : Le code du travail français, qui est devenu un maquis impénétrable joue, de ce fait contre l’emploi qu’il a vocation à favoriser et protéger. Oui, il serait possible de le réformer en revenant aux fondements, en faisant preuve de bon sens : mettre en lumière l’essentiel et laisser aux partenaires sociaux le soin de décliner le détail nécessaire. Un appel et un cri pour sortir des impasses dans lesquelles enferme le « goût législatif et administratif français ».

 

Le coin des livres vise à informer sur les ouvrages d’actualité, qu’ils concernent l’économie et l’entreprise ou, de façon beaucoup plus générale, les problématiques sociétales et humaines. Il a pour objectif de donner envie d’approfondir, selon sa propre actualité, tel ouvrage ou telle thématique. Bonne lecture !